Les bonnes résolutions en début d’année : critique de la bonne volonté, éloge de la modestie

“Quand on veut, on peut” dit l’adage. Il suffirait de vouloir quelque chose pour l’obtenir. C’est un mensonge. C’est faux. Parce que cela voudrait dire que tout est une question de volonté. Si c’était vrai, l’inhibition n’existerait pas. Mais cette croyance est très ancrée en nous. Erigée sous forme d’idéal, elle nous torture car, pris au pied de la lettre, si nous ne parvenons pas à agir dans le sens du désir, nous ne tardons pas à en déduire que nous sommes mauvais, nul, incapable. Coupable de ne pas faire. Puisqu’il suffit de le vouloir. Et c’est ce qu’il se passe quand vous ne tenez pas vos résolutions. Vous sombrez dans la culpabilité.

Pourquoi la volonté de suffit pas? Car l’inconscient existe. “Le moi n’est pas maître dans sa propre maison” a écrit Freud. Nos comportements sont conditionnés par des forces en arrière-plan. Chez chacun existent des conflits psychiques internes qui créent peurs, fuite, inhibition, fatigue, perte de motivation et dépression. Et nous ne contrôlons pas ces dynamiques, même si nous aimerions pouvoir le faire!

Dès lors, que pouvons-nous faire? Ce que nous pouvons faire, c’est observer ses pensées, ses comportements et ses émotions, les analyser afin de comprendre les dynamiques inconscientes à l’œuvre. Ce sont les premiers pas vers une évolution personnelle. C’est la nature du travail psychologique que je propose.

Alors il ne s’agit pas de ne plus désirer de bonnes choses pour vous en ce début d’année ou de renoncer à  adopter de nouveaux comportements ou habitudes que vous jugez bonnes pour vous. Il s’agit de vous donner des objectifs modestes et réalistes, et de ne pas vous blâmer si vous ne les atteignez pas. En somme, il s’agit d’inverser le proverbe “Quand on veut, on peut.” On obtient alors “Quand on peut, on veut” ou “Vouloir ce qu’on peut” c’est-à-dire désirer ce que nous avons des chances d’obtenir. Vous serez beaucoup plus souvent satisfaits!

Sylvain Letuvée
Psychologue – Psychothérapeute

Articles similaires

  • « Comment mieux vivre le confinement? » Mes réponses aux questions du magazine A Nous Paris  : Lire l'article
  • Confinements : les effets positifs inattendus, déprimer devient autorisé, la culpabilité diminue..  : Lire l'article